Ce soir, il y aura du beau monde

Fier de ses origines !

Silencieux, je préfère contempler ces personnes qualifiées de « beau monde » dans cette soirée imprévisible.

En face de moi, un personnage assez intéressant ! Il porte une chemise rose, un pantalon blanc de lin et une ceinture bien visible… Il fait bouger ses lunettes d’un geste nerveux à chaque fois qu’il prend la parole. Ces gestes très prononcés trompent ses penchants. Fier de ses origines fassies, de sa culture Rbati et de ces multiples voyages, il ne cesse d’attirer l’attention vers lui…

Entouré par des femmes à la cinquantaine, il se fond dans son milieu naturel. A travers les discussions, on peut observer une forte complicité avec la femme à la voix de serpent se trouvant à sa droite. Une grande sœur fière aussi de ces origines et détestant ces 3roubi qui viennent gâcher ses plaisirs dans la vie.

Elle raconte à son tour ses histoires, ses confrontations avec un mannequin célèbre. Ses avis sont contradictoires à ses positions et son discours.

« Il est marié » … « C’est qu’il n’est pas encore sorti avec un garçon … » choqué par ses mots chuchotés à la vue de l’organisateur de la rencontre…

Je sombre dans mon silence, en échangeant quelques blagues avec ma voisine, mais en gardant l’œil vif sur la suite des événements.

Indonésie, Hongkong, l’Afrique du sud en passant par l’Europe… Chacun d’eux, s’amusait à raconter quelques anecdotes ou aventures … Le plus dangereux c’était l’Afrique du sud.

Deux autres dames, se joignent à la table. Fatiguées par une longue journée au travail et surtout par le trajet parcourus pour atteindre le lieu de la rencontre. L’effet de l’alcool se fait vite sentir, car l’une d’entre elles était déjà aux anges après le premier verre.

Notre personnage reprend ses histoires, interrompues par l’arrivée des deux dames, en mettant l’accent sur ces activités professionnelles avant de s’étaler sur l’adoption des enfants au Cambodge… Comme quoi, il faut aller jusqu’à ce pays pour pouvoir en adopter.

Le « beau monde » continue ses discussions. Au bout d’un moment, je perds volontairement le fil… Il y a de ces rencontres qui te changent la vie, d’autres qui t’inspirent ou qui t’amusent et d’autres qui passent inaperçues.

 

1 commentaire sur “Ce soir, il y aura du beau monde

  1. Je ne crois qu’à une seule Origine : L’Humanité.
    Le reste pour moi n’est qu’un détail qui ne compte point.
    Amine Maalouf traite ce phénomène de vouloir absolument « appartenir » à une catégorie précise voire plusieurs, dans son livre  » Les Identités meurtrières », A must read!
    Et autrement, « ina ja3alnakoum cho3oubane wa 9aba2il li ta3arafou, inna akramakom 3end Allah At9akom » 🙂

    Bon Weekend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *