Boukou délire

Pardonner c’est aimer

« c ‘est pas moi l auteur mais c’est un truc que j aimerai bien vous partager  »

« L’histoire est simple et terrible.
Isaac revenu chez lui après un long départ trouvait son ami avec sa femme. Ce fût pour lui la pire des souffrances… non seulement il perd sa femme comme il perd un ami. Bouleversé par cette situation il quitta le village et s’en alla loin, loin d’eux, ceux qui l’ont blessé et trahi.
Il n’oublia pas, il vécut ainsi avec cette souffrance longtemps. Tous les jours il demanda à Dieu pourquoi il avait été trahi par sa femme qu’il aimait tant et respectait et par son ami qu’il aimait comme un frère et qu’il avait toujours reçu chez lui comme un membre de la famille.
Et tous les jours la question revint en lui, tous les jours il s’endormait sans réponse…
Pourquoi ?
Un jour une vieille en passant dans la rue lui dit, ton coeur noirci par l’amertume et la souffrance t’empêche de voir pourquoi et de marcher en avant. Mon fils, tu as arrêté de vivre pour avoir une réponse que tu ne trouveras pas en Dieu mais en toi et dans ta relation avec eux.
Cette image de noir en lui fit peur, le fit courir pour échapper à l’obscur qui grandissait en lui, non pas par manque d’amour mais parce qu’il s’était volontairement empêcher d’aimer puisqu’il ne comprenait pas et qu’il avait été trahi.
Cette nuit-là il fait un rêve, un rêve étrange qui lui laissa des sueurs froides dans le dos… il vit un homme, un homme seul, perdu et triste au beau milieu du désert… un désert si grand si immense et si terrifiant que l’homme ne bougea plus et resta immobile. Il restait là sans comprendre, dans sa souffrance et seul.
A son réveil, cet homme se rappelait de ce rêve et il voulut savoir, comprendre pourquoi ces messages…
Oui, Dieu lui envoyait des messages qu’il devait déchiffrer et voir pour lui et en lui.
Alors Isaac, se retourna en lui, regarda au fond de lui et y vit sa vérité… le coté obscur qui se propageait en lui c’était lui-même. Il vit son coeur qui souffrait, il souffrait de ne point aimer, alors qu’il était fait pour aimer et qu’il avait donné toute sa vie à l’amour… il avait cru à l’amour. Et il se rendit compte que son être sans amour n’était plus un être, ce n’était que cet homme destiné à la mort avant la mort au beau milieu du désert qu’il s’était lui-même fabriqué… un homme seul, triste et abandonné à lui-même qui en lui-même se cachait sa
vérité : il aimait encore.
Le jour suivant en passant au même endroit, la vieille lui dit : Maintenant que tu as compris, que tu as vu les indices de Dieu… acceptes qui tu es, vis ta vie et agis en conformité avec ton Dieu. Ainsi tu seras heureux et tu retrouveras l’amour.
L’homme perdu en lui… hésitant… entre le sentiment de pardon et d’amour, le sentiment de révolte et d’injustice. Entre les deux chemins il ne voulait plus continuer à se révolter contre son destin et à en vouloir au monde entier contre l’injustice envers lui… alors en lui une porte s’ouvrit et la lumière se fit… une lumière qui doucement pointait… une lumière si douce, si fragile qu’il n’osait presque respirer de peur de la faire fuir ou de l’éteindre. Mais cette lumière qui se faisait doucement en lui n’était que la lumière de l’amour qui revenait en lui, qui prenait place dans sa vie et son coeur. L’amour reprit sa place et il décida qu’il devait reprendre son chemin vers l’endroit où il l’avait laissé et là-bas la reprendre et la faire revivre, sa vie.
De retour dans son village, il constata que sa femme n’était plus la même et qu’elle n’était plus avec son ami. Il rentra chez lui et dit à sa femme qu’il voulait lui parler, qu’il voulait lui dire qu’il la pardonnait de sa trahison, qu’il voulait lui dire que le poids de la trahison et de la souffrance qu’il portait était trop lourd et qu’il voulait laissé derrière lui ce poids, le pardon le déchargea de ce poids.
Il lui dit qu’il avait découvert qu’il pouvait se tuer à lui-même avant même de mourir, qu’il pouvait être mort en étant sur terre. Il lui a dit que sur son chemin il avait trouvé les indices de Dieu qu’il n’avait su comprendre et voir… et Dieu lui montrait que le seul chemin qui fait vivre l’homme est l’amour. Que l’amour était la seule lumière qui illuminerait sa vie.
Par biens de chemins et moyens Dieu montre à l’homme sa vérité et son être.
Cet homme venait de découvrir son être et sa vérité… alors il retrouva sa vie.
L’homme reçu un cadeau de Dieu en trouvant sa réponse… mais il ne se posa la question qu’après avoir souffert et vu le noir en lui.
La cause de sa souffrance n’est rien… il aimait sa femme et son ami, quoiqu’il en soit, sa femme l’aimait et son ami aussi. La souffrance en elle-même était importante car elle lui permit de voir ce qu’il ne pouvait voir auparavant. Il n’avait jamais posé la question et il ne s’était jamais demandé combien l’amour était important en lui, dans sa vie et pour tout son chemin à accomplir.
L’homme retrouvé est un homme en entier, un homme multiple en Dieu. Le pardon est si simple car il est la réponse de l’amour. Pardonner c’est aimer… aimer c’est vivre, s’empêcher d’aimer c’est se tuer avant l’heure.
L’homme qui ne sait pardonner son pire ennemi mourra seul et abandonné car il sera l’homme le plus aigri de la terre.
N’oubliez pas pardonner c’est aimer… et qui n’aime pas ne vit pas. »

Posté par notre Tendresse

Mohammed Boukoutaya passionné du web, Directeur de projet, spécialisé en innovation, solutions Web et mobilité entreprise. Fondateur des sites : RabatKid.com, Maroc-trip.com, jeveuxsortir.com, SortirauMaroc.com et YallaCine.com.

4 commentaires

  • idarius

    Bon tu as bien dit que c’était pas ton histoire…alors franchement je trouve cette histoire super stupide, avec un message mega debile, le femme a trompé son mec tout simplement parce qu’elle trouvait l autre mieux, et puis qui dit que la femme trompait sans mari juste une fois, ça n’a jamais était vrai dans l Histoire, et comment il peut croire qu’elle ne le fera plus!!!!!!!!!!!!! bon ça s appelle pas pardonner, ça s appelle etre con et l’assumer.

    PS: ravi de faire la connaissance de ton blog

  • mellassa

    Je me joint à vous idarius…Aimer c’est être débile 🙂 merci pour ton billet Tendresse mais crois moi y a rien à en tirer

    @ idarius Bienvenu à mon blog … Et au plaisir de te relire …

  • soumia

    Je ss d’accord, cette histoire est loin d’être applicable, j’aurai préféré une fin comme: il a pardonné et il a continue sa vie ailleurs et non pas avec elle c’est illogique!!.
    Dis mellassa: Pourquoi aimer c’est être débile 🙁 . je ne ss pas d’accord l’amour en soi est un sentiment de gloire et de prestige mon ami, il est loin d’être un acte débile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *